Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2014

Des produits d'entretien faits maison

 

nettoyer, mousse, nettoyant, savon

 

Je me suis lancée dans la fabrication de mes produits de ménage et j'ai fait des découvertes!

Je reconnais honnêtement, que je ne suis pas une passionné du ménage, si  je peux m'en dispenser, je le fais bien volontiers,  je ne suis pas un maniaque de "on pourrait manger par terre tant c'est propre" ( j'en connais au moins une, et d'ailleurs à force de me voir ne pas faire, j'ai fini par la convertir à un peu + de souplesse!)

J'utilisais au départ assez peu de produits de ménage, je préférais dépenser pour des choses au moins autant indispensables telles que de nouvelles chaussures. Plein d'astuces miraculeuses circulent sur le net et il faut faire preuve d'un peu de discernement et tester celles qui ont une chance de donner un résultat: pas de sel, poivre, sucre pour le rinçage dans le  lave vaisselle, pas de désherbant  liquide pour le rinçage dans le lave linge.

Le vinaigre, je n'en voyais l'utilité que dans la salade et la conservation des cornichons (encore  que,  pas tous, il y en a en liberté dans la nature, mais ils sont d'une autre sorte.....) donc, maintenant, plus de Javel (non ma maison n'est pas un laboratoire de fabrication!) et on se débrouille avec les moyens du bord. Et c'est là que ça devient rigolo, parce que la vaisselle, bof, hein! Mais assaisonnée au vinaigre et au bicarbonate de soude, ça  a tout de suite plus de charme!

Et oui, le vinaigre tout seul , rien ne se passe, le bicarbonate tout seul reste une bête poudre, mais les deux ensemble, ça mousse, ça bu-bulle, oh que c'est drôle, pn en salirait les casseroles pour le plaisir!

Donc convaincue, j'ai toujours sous la main mon petit nécessaire à nettoyer. Mais, il y a quand même une chose qui me chiffonne ( on peut réfléchir aussi en faisant la plonge!): le bicarbonate, c'est bien pour nettoyer; certes; on dit aussi qu'il fait merveille pour la digestion; franchement, avaler ce  truc qui décape, est ce vraiment bon pour nos estomacs ? Mais après tout ça ne peut pas être pire qu'un soda.

 

Crédit photo: Certains droits réservés par Photonoumi

21/05/2014

Des bons plans pour partir en vacances

 

vacances, plage

Pendant que les déclarations d’impôts se remplissent, le budget vacances s’amenuise. Près d'un Français sur 4 part avec un budget inférieur à 250 Euros par semaine; les jeunes, les chômeurs et les personnes âgées étant les plus touchés par ces restrictions économiques, d’après la même enquête. Mais 60% des personnes interrogées gardent espoir grâce à Internet, où ils comptent bien trouver des bons plans. 

D’abord, le camping fait son grand retour : pratique, bon marché, sans prétention, il est plébiscité par les internautes. Outre l’infrastructure traditionnelle il existe différents modes de camping verts et de camping tout équipés : piscine, restaurants, vraies salles de douches, certains 3 étoiles n’ont rien à envier à l’hôtellerie traditionnelle. Le camping sauvage, option randonnée avec sac à dos, est lui aussi apprécié des vacanciers, avec toutefois une réserve : il est interdit dans de nombreux lieux publics (plages, forêts notamment).

L’autre bon plan des internautes : visiter les pays où le tourisme n’est pas développé. Un guide de voyage axé « tourisme responsable » annonce par exemple de 10 à 16 jours au Burkina Faso pour 1340 Euros, vol inclus.

Enfin, pour ceux qui ne peuvent pas payer d’hébergement, que ce soit en camping ou en locations, l’échange d’appartements et de maisons se démocratise. Quelques sites web proposent de vous mettre en relation avec des « échangeurs » potentiels, mais Alain nous confie par exemple qu’il prévoit d’échanger son appartement contre celui de sa sœur, qui vit à Saint Malo, en Bretagne. Plus que jamais, c’est le système D qui prime !

 

Photo: Certains droits réservés par BEST PHOTO

 

13/05/2014

Le stress

 

Ce phénomène ne connaît pas d’âge minimum, puisque plus de 10% des enfants scolarisés se rongeraient les ongles (ce qu’on appelle « l’onychophagie »).

En 1967, Holmes et Rahe ont établi le « Social Readjustment Rating Scale », classement des situations les plus stressantes, permettant de mesurer votre taux de stress. Décès, divorce ou perte d’emploi sont parmi les facteurs les plus importants, mais les mariages, naissances, ou changement de situation au travail, font aussi partie du « top 20 ». En résumé, la vie est stressante !

Pour lutter contre le stress, on préconise de vivre dans une forêt de bambous sans consommer d’excitant et en s’abrogeant des contraintes de notre société. Au quotidien, pourtant, difficile de faire abstraction des sources d’angoisse du type « comment vais-je payer mon premier tiers provisionnel ? » « pourquoi n’ai-je toujours pas eu de promotion ? » ou « mais depuis quand ont-ils changé la recette de la sauce Big Mac ? »

Et si on n’agit pas contre le stress, c’est le stress qui agit contre nous. Les désagréments et les maladies psychosomatiques sont de plus en plus fréquents : des plaques d’eczéma aux difficultés respiratoires, en passant par les troubles de la digestion ou du sommeil, le stress est loin d’être un état passager inoffensif. En France, plus de 3 millions de personnes sont actuellement en dépression nerveuse et le nombre d’attaques de panique ou crises d’angoisse recensées est exponentiel.

Alors, comment lutter contre le stress ? Certains respirent de la menthe poivrée, d’autres concoctent des crèmes massantes à partir d’huiles essentielles, d’autres encore s’adonnent à l’acuponcture ou au sport.

Le stress peut être un signe qui indique qu’il faut “changer quelque chose”.  La philosophie boudhiste permet de relativiser et suggère de ne plus “combattre” le stress, mais au contraire de l’apprivoiser.

On peut également incriminer notre “société moderne” qui voue un culte à la performance et aux gadgets technologiques addictifs. Quant au profil type de la personne stressée, il n’en existe pas, bien que chacun ait une idée bien définie là-dessus:  la précarisation du travail, la crise est une source d’angoisse tout la multiplication des responsabilités. 

 

08:03 Publié dans Bien être | Lien permanent | Commentaires (0)