lundi, 16 mai 2011

Le festival de Kahn

ça se passe là...

22:49 Publié dans Vie politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : dsk, dominique strauss-kahn | | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 22 août 2007

Le PS : logiciel en panne dans le trou d'air

"Nous sommes au bout d’un cycle: une grande partie des idées de gauche se sont épuisées."

 

Ce n'est pas moi mais Manuel Valls, député-maire d'Evry qui le dit

 

Ségo a disparu des médias. Malgré sa belle photo sur la plage dans le JDD et l'annonce plusieurs fois répétée de son retour (ah bon, elle est partie ?) à la rentrée, les sondages ne lui donnent pas beaucoup d'espoir. L'engouement n'y est plus. En passe de décrocher la direction du FMI (malgré l'opposition de la Russie), DSK la rattrape et menace de la dépasser. Et lorsqu'on en vient à la question habituelle : "qui pour incarner la rénovation du PS ?", DSK devance nettement l'ex candidate à la présidentielle.

 

 

Bref, le militant socialiste cherche désespérément une direction idéologique plus moderne pour son parti fragmenté. Ségo, jouant la mère moralisatrice armée d'un fouet, incarnait la rupture avec l'archaïsme traditionnel du PS, alliant vision laxiste et anticapitalisme primaire. Manuel Valls, maire apprécié et bon représentant de la jeune génération d'élus socialistes, va dans un sens un moins sado et il le dit dans... le Figaro :

 

Nous sommes dans une économie de marché, il faut l’admettre définitivement. Nous devons dire également que le travail est une valeur, que nous ne sommes pas favorables à une société de l’assistanat. Nous devons tirer le bilan des 35 heures, être au clair sur les retraites et reconnaître que nous avons perdu une grande partie des salariés, séduits par le discours de Nicolas Sarkozy. Nous devons être aussi le parti de l’entreprise et des entrepreneurs, créateurs de richesses. ...».

 

 

Ca vallait le coup d'être lu. Bon, rien de vraiment nouveau au parti de la rose, cela fait des années qu'on entend ce type de discours qui n'aboutit pas. Mais ça fait toujours du bien de lire ça de temps en temps. Et pour finir, signé le même Valls :

 

 "Nous pouvons faire un bout de chemin avec la majorité, à condition qu’elle nous entende, sur des sujets qui peuvent faire consensus. Je pense aux moyens qu’il faut donner à la justice, à la lutte contre la criminalité ou encore au dossier de l’immigration. "

 

Il n'y pas à dire, le monde change.