Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2014

Le stress

Fléau de nos société moderne le stress est un ennemi invisible qui prend possession de nos esprits et nous empoisonne...

Ce phénomène ne connaît pas d’âge minimum, puisque plus de 10% des enfants scolarisés se rongeraient les ongles (ce qu’on appelle « l’onychophagie »).

En 1967, Holmes et Rahe ont établi le « Social Readjustment Rating Scale », classement des situations les plus stressantes, permettant de mesurer votre taux de stress. Décès, divorce ou perte d’emploi sont parmi les facteurs les plus importants, mais les mariages, naissances, ou changement de situation au travail, font aussi partie du « top 20 ». En résumé, la vie est stressante !

Pour lutter contre le stress, on préconise de vivre dans une forêt de bambous sans consommer d’excitant et en s’abrogeant des contraintes de notre société. Au quotidien, pourtant, difficile de faire abstraction des sources d’angoisse du type « comment vais-je payer mon premier tiers provisionnel ? » « pourquoi n’ai-je toujours pas eu de promotion ? » ou « mais depuis quand ont-ils changé la recette de la sauce Big Mac ? »

Et si on n’agit pas contre le stress, c’est le stress qui agit contre nous. Les désagréments et les maladies psychosomatiques sont de plus en plus fréquents : des plaques d’eczéma aux difficultés respiratoires, en passant par les troubles de la digestion ou du sommeil, le stress est loin d’être un état passager inoffensif. En France, plus de 3 millions de personnes sont actuellement en dépression nerveuse et le nombre d’attaques de panique ou crises d’angoisse recensées est exponentiel.

Alors, comment lutter contre le stress ? Certains respirent de la menthe poivrée, d’autres concoctent des crèmes massantes à partir d’huiles essentielles, d’autres encore s’adonnent à l’acuponcture ou au sport.

Le stress peut être un signe qui indique qu’il faut “changer quelque chose”.  La philosophie boudhiste permet de relativiser et suggère de ne plus “combattre” le stress, mais au contraire de l’apprivoiser.

On peut également incriminer notre “société moderne” qui voue un culte à la performance et aux gadgets technologiques addictifs. Quant au profil type de la personne stressée, il n’en existe pas, bien que chacun ait une idée bien définie là-dessus:  la précarisation du travail, la crise est une source d’angoisse tout la multiplication des responsabilités. 

 

08:03 Publié dans Bien être | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.