« Scoop : les notes de Sarkozy pour le débat avec Ségolène | Page d'accueil | Aux législatives, votez utile ! »

vendredi, 11 mai 2007

Au revoir Martine, bonjour Dominique

medium_Martine_Billard.JPGMartine Billard, députée verte sortante de la 1ere circonscription de Paris et co-investie par les Verts et le PS, elle devait rassembler les forces unie de la gauche des 4 premiers arrondissements de Paris. Mais voilà : l'annonce du maire PS du IVe, Dominique Bertinotti, de se présenter contre elle "avec ou sans l'investiture PS", annule toutes les chances de réélection de Martine Billard. Le pacte de 2002 qui offrait des places libres aux verts, bien qu'en cours de renouvellement, prend fin de fait dans notre quartier avec cette décision unilatérale du maire PS (qui ne risque même pas l'excommunication pour cet écart de conduite). Dominique Bertinotti a le soutien de Ségolène Royal, du caractère et des convictions. Social-démocrate européiste, elle ne peut être que meilleure que l'inconnue Billard.

 

medium_Dominique_Bertinotti.jpgLes autres verts en attente de confirmation d'accord (contrat définitif prévu dimanche) doivent commencer à trouver qu'il fait chaud. Chaud pour leurs fesses. Déjà que le PS sort extrêmement fragilisé d'une présidentielle désastreuse, les socialistes ne vont peut-être pas trouver la sérénité pour glisser des candidatures vertes au chausse-pied sur la carte électorale. Il suffit de lire la raison qui a motivé Dominique Bertinotti à se présenter : elle "constate simplement que les écologistes ont fait à Paris de très petits scores et qu'il faut savoir lire les résultats". Soit 1.53 % des voix à Paris.

 

Cruelle, elle ajoute qu'"on ne peut pas seulement analyser le très faible score des Verts comme un résultat du vote utile" mais aussi comme "une émergence électorale du centre". Bref, elle s'inscrit "dans la nécessité de rechercher de nouvelles convergences, au-delà des frontières traditionnelles de la gauche, comme l'a annoncé Ségolène Royal au soir du second tour". Avec une gauche débarrassée de ses vieux oripeaux marxistes, les verts ont du souci à se faire s'ils veulent survivre.

Commentaires


La politique politicienne, que c'est beau!

Écrit par : AxelMario | vendredi, 11 mai 2007

Écrire un commentaire