« Michel Rocard et Internet : une jolie exception | Page d'accueil | Esprit, sors de là »

vendredi, 13 avril 2007

Guerre des couloirs de bus

Le rapport Kopp/Prud'Homme/Bocarejo avait bien mis en valeur l'impact formidable de la politique des transports de Bertrand Delanoë : un peu plus de pollution, beaucoup plus d'embouteillages et infiniment plus d'emmerdements. L'action de Ken Livingstone (qu'on ne peut pas franchement qualifier de libéral), à côté du plan de déplacements de notre maire socialiste, est une réussite planétaire. Sans épiloguer sur ce thème déjà traité, constatons que les Parisiens commencent à se rebeller, maintenant qu'ils constatent que la dégradation de leur vie quotidienne n'est pas temporaire comme on le leur promettait.
 
medium_mannmov.gifCertes, le mouvement anti-voiture résiste aux côtés du pouvoir municipal. Ira-t-il plus loin en maintenant une telle intransigeance idéologique ? Car les couloirs de bus, s'ils sont parfois bien utiles, constituent aussi souvent une pollution pour la vie des Parisiens, voire un danger lorsqu'ils sont érigés au rang de dogme :
"Le boulevard Saint-Marcel, à Paris, dans le Ve arrondissement, est-il devenu parti­culièrement dangereux pour les piétons après une série d'aménagements ? Deux piétons - une ­mère de famille et un quinquagénaire - ont été tués en un mois sur cet axe, alors qu'ils traversaient le boulevard en empruntant un passage protégé. À chaque fois, ils ont été percutés par des voitures.
 
En 2005, trente et un accidents de la circulation, blessant 38 personnes, ont été dénombrés sur ce boulevard, qui a fait l'objet il y a deux ans d'importants aménagements,.."
 
 
Ken-et-Bertrand.gif
 
Une association de Parisiens "anticouloirs de bus" est née, organisant des happenings dans les couloirs de bus parisiens, incitant les automobilistes à les emprunter sans vergogne. Leur souhait n'est pas de les voir tous disparaître, mais de sortir de cette folie anti-voitures qui pénalise notamment les familles et les personnes âgées, et d'ouvrir des débats moins idéologiques, moins dogmatiques sur les déplacements à Paris.
 
Avis aux informés, je cherche des infos sur ce noyau audacieux.

Commentaires


Bravo !

La politique du maire de Paris est uniquement guidée par des dogmes idéologiques et ne tient pas compte de ses effets réels.

Outre ce que tu dis, qui est tout à fait juste, ce qui m'a frappé tout de suite dans la politique du maire, c'est cette volonté déclarée de rendre la vie impossible aux automobilistes dans Paris (par le biais, parfois, de procédés particulièrement pervers, comme de modifier la carte des sens interdits régulièrement pour égarer les automobilistes et de faire en sorte que le trajet de A vers B soit le plus compliqué possible... pour rallonger le temps de trajet... donc la pollution...) sans commecer par améliorer les transports en commun.

J'aurais préféré que le maire commence à rénover et réformer les transports en commun parisiens afin de les rendre attrayant, sécurisant et fiables, surtout le métro. Aux heures de pointes, c'est un enfer. A certaines heures de la nuit, certaines lignes sont dangereuses. J'ai vu, de mes yeux vu, des touristes et des personnes agées se faire dépouiller avec violence en pleine journée au coeur de Paris dans le métro.

En plus, cette politique ne vise qu'à séduire les parisiens-partisiens, ceux qui comme par hasard votent pour le maire. La plupart des parisiens ont beaucoup moins souffert de cette politique anti-voitures extrémiste que les banlieusards. Pourtant, Paris ne vit pas uniquement de ses habitants au sens propres. Tous ceux qui viennent bosser dans Paris la journée, qui consomment dans ses magasins, qui sortent dans ses restaurants, ses cinémas, ses théatres, ses bars, tous ceux qui livrent les commerces, qui viennent étudier dans ses écoles et universités, qui font que la ville bouge et vit... ce sont souvent, très souvent, aussi des gens qui viennent de la banlieue. Et pour ces personnes là, il n'existe souvent pas de solution alternative à la voiture économiquement viable, pratique et sécurisée. Mais Delanoë s'en fichait s'en doute, leur colère n'ayant pas de conséquence électorale pour lui...

Le dogmatisme au pouvoir fera encore beaucoup de dégâts qu'il faudra ensuite réparer. Bon courage, Edouard !

Écrit par : Bigstop | vendredi, 13 avril 2007

Écrire un commentaire